Deutsch

Bericht aus Laos von Herrn Beyer

Luang Prabang, Laos, jeudi 6 décembre 2018

Bonjours à tous !

Mes meilleures salutations ensoleillées d’Asie !

J’espère que vous allez tous bien et que cette année scolaire 2018-19 se passe pour le mieux.

Comme vous le savez peut-être déjà, j’ai pris une pause sabbatique pour cette année scolaire 2018-19 pour découvrir le monde et ses merveilles. Un voyage qui m’amène depuis octobre en Asie du Sud-Est et me conduira en Amérique du Sud à partir de janvier 2019. J’aimerais en profiter par la même occasion pour observer l’état de notre planète – qui comme vous le savez ne se porte pas très bien – et apporter ma petite contribution à sa sauvegarde et à sa préservation. Vous le savez tous, la thématique des déchets me tient à cœur (Ah, Eco-school me manque déjà…)! Je me suis ainsi engagé dans l’association My Green Trip, active dans le ramassage des déchets et la sensibilisation.

Le principe est simple: en tant que voyageurs-touristes, nous pouvons tous à notre échelle faire un petit geste en faveur de l’environnement. Vous faites une randonnée dans un parc naturel des Alpes et observez des déchets sur votre chemin? Vous êtes avec des copains-copines au bord de la plage et êtes dégoûtés par certains détritus qui jonchent le sable? Eh bien, seul ou à plusieurs, munissez-vous d’un sac poubelle et ramassez-les! Cela peut paraître peu, mais si chacun sur cette Terre y met du sien, les résultats peuvent être probants.

En tant qu’ambassadeur pour cette association, je ramasse donc les déchets lors de mes escapades, mais essaie aussi de trouver des partenaires touristiques (cela peut êtres des clubs de surf, des agences qui organisent des randonnées, des hôtels, etc.) qui s’engageraient à organiser des clean-up (ramassage collectifs) avec leurs clients! L’idée étant de créer un réseau actif à travers le monde, tout en sensibilisant les touristes et les populations locales à ce grave problème qu’est la pollution de notre environnement par les déchets.

Et ici en Asie, il y a du travail!

Mais d’abord mes premières impressions sur mon premier pays visité: le Vietnam. Mi-octobre, je débarque à Hanoï, la capitale. Premier choc: la circulation infernale (et le mot est encore faible…). A côté, Genève est un petit paradis! Je n’ai jamais vu autant de scooters réunis au même endroit. Ils sont partout, ne laissent jamais passer le piéton, ne respectent pas les règles de circulation et ils sont garés sur les trottoirs! Donc le piéton marche… eh bien où il peut sur la route, en zigzaguant à travers la circulation, et en espérant s’en sortir indemne. Il faut cependant savoir qu’au Vietnam, marcher est un signe de pauvreté. Posséder un scooter permet d’afficher un certain statut social. Avoir un scooter, c’est le must (un peu comme les smartphones chez nous)! Conséquences: Hanoï est une des villes les plus polluées au monde, avec bien sûr des conséquences néfastes non seulement sur l’environnement mais aussi sur la santé des habitants.

Mais revenons aux déchets : Après Hanoï, j’ai parcouru le pays du Nord au Sud pendant plusieurs semaines. J’ai découvert de splendides paysages : montagnes tapissées de rizières, des centaines d’îles en forme de pain de sucre dans la mer de Chine (la fameuse baie d’Ha long), des plages de sable fin, etc. Une carte postale idyllique, ou presque. L’envers du décor est moins reluisant: si les endroits touristiques sont plus ou moins entretenus, dès qu’on en sort un peu, on découvre une nature souillée de déchets en tous genres. Des montagnes de détritus bordent les routes goudronnées, mais aussi, et pire, les plages, bords de rivières, sentiers de forêts.  Comment expliquer ce triste spectacle? Les causes sont multiples. D’abord, le pays connaît un fort développement économique et touristique. On construit de partout, les touristes sont de plus en plus nombreux et les gens adoptent un mode de vie à l’occidental, friand d’emballages, de pailles (elles sont partout, même pour boire son café !), de plastique. Malheureusement, contrairement à chez nous, il n’existe pas de système efficace de collecte et de tris. Dans le meilleur des cas, les déchets finissent indistinctement à la décharge, le reste du temps ils finissent tout simplement dans la nature. Ajoutez à cela un manque d’information et de sensibilisation sur les conséquences de cette forme de pollution et une certaine imprégnation culturelle (jeter ses déchets dans la rue ou dans la nature semble ici tout à fait « normal ») et vous comprendrez pourquoi le Vietnam et 4 autres pays du Sud-Est asiatique (Chine, Indonésie, Thaïlande et Philippines) contribuent à eux seuls à la moitié de la pollution plastique dans le monde! Pire, Le 90 % des déchets retrouvés dans les mers et océans du monde proviennent de 8 grands fleuves asiatique et deux d’Afrique. Edifiant.

Alors j’en ramasse des déchets! Lors de mes promenades et randonnées, au bord de la mer, et même dans l’eau à bord d’un kayak. Mais au fil des semaines, j’entrevois aussi quelques initiatives en faveur de l’environnement: j’aperçois les premières poubelles de tri, des pailles en bambou sont utilisées par certains (certes encore trop peu) restaurateurs et quelques agences touristiques organisent des Eco-tours dont les bénéfices servent à financer les populations locales ou des sanctuaires d’animaux sauvages (ours, singes, oiseaux, etc). Au Laos, pays dans lequel je me trouve actuellement, l’écotourisme est en plein boom.

J’écris, j’écris (j’espère que vous êtes encore là !), alors je vais ici conclure. Ces premières semaines de voyage m’ont permis de découvrir une nature éblouissante comme j’en avais rarement vu auparavant. Elle est source de vie: sans elle, nous ne sommes rien. Alors préservons-la! A l’école allemande, nous avons toutes les cartes en main pour comprendre notre monde, notre environnement et pour agir en conséquence! Alors utilisons ces chances et opportunités.

Pour illustrer mon texte, je vous transmets un choix des quelques innombrables photos que j’ai pu prendre au cours de mon périple.

En attendant de prochaines nouvelles, je vous souhaite à tous une excellente fin d’année 2018 !

Meilleures salutations.

Yann Beyer

 

 

Top Aktuell
Info