Français

Entretien avec Lars Fattinger sur la protection du climat

Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à t’engager pour la protection du climat ?
La crise climatique est le plus grand défi auquel l’humanité n’a jamais dû faire face. Il est de notre devoir d’y remédier. Lorsque j’ai réalisé cela, je me devais d’apporter ma contribution. De plus, les effets du changement climatique sont déjà visibles, aussi ici en Europe et ils ne cessent de s’aggraver. Nous devons agir maintenant si nous voulons encore sauver l’humanité.

Quel est le rôle et les missions de l’association “Swiss Youth for Climate” ?  Quelles actions mènent l’association ?
Swiss Youth for Climate est une ONG suisse (organisation non gouvernementale) qui s’engage pour une politique climatique ambitieuse. Nous avons des groupes régionaux dans toutes les grandes villes suisses et y organisons notamment des événements pour attirer l’attention du public et l’informer sur la crise climatique. De plus, depuis 2015, nous participons à chaque COP et y représentons la voix de la jeunesse suisse. Pour plus d’informations voir: https://syfc.ch/

Quel était votre objectif en participant à la COP 26 ? Qu’avez-vous fait pendant votre semaine à Glasgow ?
Notre objectif principal était de montrer que les jeunes sont sur le terrain et qu’ils sont très attentifs aux décisions qui sont prises. Pour cela, nous avons rencontré d’autres délégués et avons discuté des revendications des jeunes. Il s’agissait surtout de rencontrer des politiciens suisses afin d’avoir une influence sur la politique nationale. De plus, nous avons communiqué en direct au public sur tout ce qui se passait à la COP26 via nos médias sociaux.

Qu’as-tu pensé des résultats de la COP26 ?
Les résultats de la COP26 sont bien sûr incroyablement controversés. Le changement du choix de vocabulaire dans le Pacte de Glasgow sur le climat, qui passe de “phase-out of coal and fossil fuel subsidies” à “phasedown of unabated coal power and phase-out of inefficient fossil fuel subsidies” est une énorme déception pour toutes celles et ceux qui se sont battu.es pour des objectifs plus ambitieux. Mais il faut aussi clairement dire que nous avons aussi vu des progrès. Nous avons par exemple obtenu de la COP26 l’achèvement du “Paris Rulebook”. C’est important, car il fixe des règles pour l’échange de crédits carbone. Nous avons également obtenu plusieurs accords sur la réduction des émissions de méthane, la déforestation etc. La COP26 n’était donc pas optimale, mais c’était définitivement un pas dans la bonne direction et une bonne base pour de meilleures prises de décisions dans le futur.

Penses-tu que le gouvernement suisse en fait assez pour protéger le climat ? Qu’en est-il de l’Allemagne?
Pour évaluer cela, il existe un très bon site web appelé “Climate Action Tracker“. Cette organisation évalue les objectifs et les progrès nationaux et attribue ensuite une note à chaque pays. L’Allemagne et la Suisse sont actuellement toutes deux classées “insuffisant”. Pourtant, l’Allemagne est en réalité bien meilleure que la Suisse. La Suisse pourrait être le numéro 1 mondial de la finance climatique. Cependant, actuellement elle n’utilise absolument pas cette possibilité et fait même le contraire en investissant dans les combustibles fossiles. C’est pourquoi la Suisse obtient l’évaluation “Highly insufficient” dans le domaine de la finance climatique. Les deux pays doivent donc être beaucoup plus ambitieux dans leurs objectifs s’ils veulent apporter une juste contribution.

Quelles améliorations proposerais-tu à la DSG pour réduire son impact CO2 ?
A vrai dire, la DSG est déjà une très bonne école en ce qui concerne la protection de l’environnement. C’est pourquoi, à mon sens, le plus grand potentiel se trouve dans l’éducation des enfants. Nous avons la possibilité de réduire fortement les émissions de CO2 à long terme si nous éduquons nos enfants dès le début à tenir compte du climat. Cela signifie que le changement climatique doit devenir un thème dans chaque matière enseignée. On peut l’intégrer partout. Le sujet ne doit pas être passé sous silence et les enfants doivent être encouragés à être actifs. Cela impliquerait par exemple que les enfants puissent obtenir des excuses s’ils souhaitent s’absenter pour se rendre à des manifestations.

As-tu un message à faire passer à tes camarades en ce qui concerne la protection du climat ?
La lutte contre le changement climatique a besoin de toi ! Les jeunes ne sont toujours pas assez représentés dans les processus politiques. Nous avons besoin de plus de personnes comme toi qui souhaitent s’engager pour leur avenir. Il existe mille et une manière d’être actif. J’encourage chacun et chacune d’entre vous à me contacter et nous trouverons certainement une place pour toi dans le mouvement climatique.

Notification
Info